Gouvernance de l’Internet : Washington prêt à lâcher prise

20 mars 2014

Gouvernance de l’Internet : Washington prêt à lâcher prise

Le gouvernement américain souhaite lancer un « processus de transition » pour rendre globale et multi-partite la gestion des noms de domaines et des adresses IP. C’est un grand changement pour la gouvernance de l’Internet.

Coup de théâtre sur la Toile. Alors que le gouvernement américain a été maintes fois supplié d’abandonner son rôle central dans la gestion des noms de domaines, il semble enfin avoir entendu raison. Dans un communiqué publié par la NTIA (National Telecommunications & Information Administration), le département du Commerce américain explique vouloir lancer « un processus de transition » pour transférer la gestion des noms de domaines à la « communauté mondiale multi-partite ». Le gouvernement américain missionne l’Icann de piloter l’élaboration d’un tel plan de transition.

Créé en 1998, l’Icann est responsable de l’allocation des adresses IP et des noms de domaine, comme .com ou .gov. Il a son siège en Californie et relève à ce titre, en dernière instance, du département du Commerce américain. Son président Fadi Chehadé a expliqué le mois dernier à l’AFP que son organisme souhaitait « arriver à un consensus sur un modèle de gouvernance globale d’internet » et regrettait qu’il soit encore vu comme une institution occidentale. La présidente brésilienne Dilma Rousseff avait ainsi proposé un contrôle multilatéral de l’utilisation d’internet devant l’assemblée générale de l’ONU en septembre 2013.

Une décision saluée de toute part

Dans un communiqué vendredi, M. Chehadé a salué la décision américaine. « Nous invitons les gouvernements, le secteur privé, la société civile et les organismes impliqués dans internet à travers le monde à nous rejoindre pour mettre en œuvre cette phase de transition », a-t-il dit dans un communiqué. « Toutes les parties prenantes méritent d’avoir voix au chapitre de façon égale dans la gestion et la gouvernance de cette ressource mondiale », a ajouté M. Chehadé.

Les principales organisations impliquées dans l’élaboration technique du web – IETF, IAB, W3C, etc. – ont également applaudi des deux mains. Dans un communiqué publié par l’Icann, ils saluent l’annonce du gouvernement américain. Pour sa part, la Commission européenne a également accueilli avec satisfaction cette nouvelle.

« Il s’agit d’une étape historique pour la création d’une gouvernance de l’Internet véritablement mondiale », a déclaré Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission.

Une conférence internationale sur internet doit se tenir au Brésil en avril, au cours de laquelle le patron de l’Icann a dit vouloir « atteindre un consensus sur un modèle de gouvernance globale de l’internet ». Pour l’heure, la démarche américaine ne devrait avoir aucun impact pour les internautes et l’Icann continuera de son côté à administrer les noms de domaines.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)

(requis)


Restez connecté avec nous !